Les contrôleurs veulent faire sanctionner les entreprises défaillantes

 

Le 22e forum des contrôleurs financiers du Burkina a pris fin le mercredi 17 décembre 2014 à Ouagadougou. A l’occasion, ils ont plaidé pour la prise de sanctions à l'encontre des entreprises défaillantes dans l’exécution de la commande publique.
 
Pendant trois jours de travaux, les contrôleurs financiers réunis à Ouagadougou pour leur 22e forum, ont formulé des recommandations et une résolution dans laquelle, ils s’engagent à poursuivre leur mission de contrôle de l’exécution physique de la commande publique avec probité et rigueur. Après des communications et des échanges autour du thème «Le contrôle de l’exécution physique de la commande publique», les participants ont émis la nécessité de mettre en application des sanctions prévues à l’encontre des personnes reconnues responsables de mauvaises exécutions physiques de la commande  publique.  Ils ont, en outre, invité les autorités à prendre des mesures pour renforcer les capacités de la Direction générale du Contrôle des marchés publics et des engagements financiers (DG-CMEF) aux plan humain, matériel et financier pour son exercice efficace de contrôle de l’exécution physique de la commande publique.
Selon le DG-CMEF, Abraham Ky, le forum a atteint ses objectifs à savoir, le renforcement des capacités des contrôleurs financiers en matière de l’exécution physique de la commande publique. Il s’est réjoui de voir que les autorités ont rassuré de la mise en œuvre des recommandations.
Quant au secrétaire général du ministère de l’Economie et des Finances, Tibila Kaboré, il a salué la mobilisation des contrôleurs financiers qui témoigne de leur volonté à jouer leur partition dans l’atteinte des objectifs de son département. Selon lui, l’exécution de la mission de contrôle requiert du courage et d’abnégation. «Le contrôle de l’exécution de la commande publique révèle un intérêt important dans la gestion des finances publiques. Il doit participer à la satisfaction de l’intérêt général», a-t-il fait savoir. Pour lui, il est donc important pour l’Etat, commanditaire des marchés publics, de se donner les moyens nécessaires en vue de s’assurer de la sincérité du service fait, qui ne peut se réaliser qu’à travers un contrôle rigoureux en adéquation avec les textes. «Les résultats de vos concertations seront d’une importance capitale pour la mise en œuvre des réformes», a-t-il rassuré. Il s’est engagé à appuyer les contrôleurs financiers dans la mise en œuvre des résolutions et recommandations de ce forum. 
Il les a enfin encouragés à jouer leur rôle dans la modernisation des finances publiques afin de contribuer à la lutte contre les mauvaises pratiques.    
 
 
Adama SEDGO
sidwaya